l’eau, une âme pour les jardins

 

 

L’eau, une âme pour les jardins.

 

Lorsqu’on se préoccupe de jardins, on s’intéresse forcément à la question de l’eau, qu’il s’agisse simplement de l’irrigation ou bien de faire de l’eau un élément paysager du jardin à part entière.

Quand on parle d’irrigation, on pense évidemment aux jardins arabo-musulmans, comme le jardin de l’Agdal [1], fondé au XIIème siècle, au Maroc, près de Marrakech par un souverain almohade. Les Almohades ont mis au point un savant système de canaux pour faire venir l’eau depuis la montagne du Haut-Atlas, à quelque distance de la ville et du jardin. L’eau est d’abord collectée dans des galeries drainantes, les « khettaras » dans la montagne, puis amenée par gravité selon un système complexe dans le jardin, où elle est répartie en canaux[2]. Le jardin de l’Agdal, situé dans un environnement peu propice normalement à l’agriculture, est devenu un jardin où grenadiers, orangers et oliviers sont cultivés et fournissent de la nourriture à Marrakech. Oasis de verdure dans un environnement désertique, le jardin de l’Agdal est ainsi, comme cela est pensé dans la symbolique arabo-musulmane, une image du paradis sur terre[3].

 

Une autre image de l’usage de l’eau dans un jardin, dans un sens plus décoratif et dans un autre environnement socioculturel sont fournis par deux autres jardins, européens ceux-ci, deux exemples de jardins particulièrement beaux et réussis, grâce à un usage fort intelligent et bien pensé de l’eau.

 

Le jardin de la Ninfa[4] :« Le jardin de Ninfa est un parc situé dans la commune de Cisterna di Latina au sud-est de Rome. Arrosé par les sources et le lac du Ninfa, encadrant les ruines de la ville médiévale de Ninfa, il incarne l’esprit romantique. Il s’étend sur une surface de 105 hectares. » (source Wikipedia). Jardin conçu dans le style anglais, ses concepteurs ont su à merveille utiliser l’eau abondante des sources et du lac. Propriété de la famille Caetani( une famille de nobles romains) depuis longtemps, les Caetani ont su donner une âme à leur propriété, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs, et l’eau, qui court partout, est vraiment l’esprit du jardin. L’un des propriétaires, Roffredo Caetani[5] ( 1871-1961), qui était compositeur, a d’ailleurs apporté un soin particulier aux nombreuses cascades du domaine. Il a réglé la hauteur et le débit de chacune d’entre elles en fonction du son qu’il voulait en obtenir. Le jardin de la Ninfa est ainsi non seulement un paradis pour les yeux mais aussi pour les oreilles.

 

Un autre jardin, en France celui-ci, a su également trouver une osmose parfaite entre l’eau et le jardin, avec là aussi une attention particulière au son de l’eau et à l’environnement sonore du jardin. Il s’agit du jardin des Fontaines Pétrifiantes, situé dans le village de la Sône, en Isère :

 

 

« Ce jardin a vu le jour en 1994 en lieu et place de l’ancienne décharge d’une usine au bord de l’Isère. Seules les sources s’écoulaient au milieu des ronces et végétations diverses. La société du Bateau à roue décide d’aménager cet endroit, où jaillit notamment une source aux propriétés très particulières. Sous la direction d’un architecte paysagiste et d’un chef jardinier, ce lieu va se voir transformer. Le destin du village de La Sône a été déterminé par la présence de cette roche, « Le tuf », qui borde la rivière de ses hautes falaises. L’eau des sources du jardin, exceptionnellement calcaire, donne naissance à une importante carapace de tuf[6]. »

 

La source, très calcaire, a donné naissance en s’écoulant à de nombreuses concrétions et une grande cascade. Quand on entre dans le jardin, le bruit de l’eau et des multiples ruisselets et cascades est omniprésent, ainsi que le chant des oiseaux, en grand nombre dans le parc. Des carillons, agités par le vent, ont été ajoutés près de la cascade et forment ainsi une ambiance sonore exceptionnelle[7].

 

Ainsi, on le voit, l’eau est souvent l’âme d’un jardin, et qu’il s’agisse d’un espace à vocation plutôt agricole ou d’un jardin d’agrément, le jardin ainsi irrigué forme alors un lieu unique, à l’image d’une sorte de paradis sur terre.

[1]                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Jardins_de_l’Agdal

            https://atabia.com/tourisme/308_jardins-du-maroc-serie-jardins-dici-et-dailleurs-arte-fr-video/

[2]                      http://www.rfi.fr/emission/20131109-khettara-une-technique-ancestrale-irrigation-maroc

[3]                      Sur les rapports jardin et paradis, cf. https://imagesetimageurs.com/2016/05/29/le-gout-du-paradis-perdu-de-la-photographie-comme-langage-de-lorigine/

[4]                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Jardin_de_Ninfa

http://www.italia.it/fr/media/video/ninfa-le-jardin-des-merveilles.html

 

[5]                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Roffredo_Caetani

[6]                      http://www.parcsetjardins.fr/rhone_alpes/isere/jardin_des_fontaines_pEtrifiantes-664.html

https://www.youtube.com/watch?v=e0ILbC_FPIE

[7]                      https://soundcloud.com/lucile-longre/jardins-de-la-sone-juin-2015

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s